accueil

- English version below -

Biographie
Anne-Lyse Renon est designer graphique et docteure en sciences sociales de l'EHESS. Après des études d'histoire de l'art, de communication visuelle et d'anthropologie, elle a suivi un double cursus à l'ESAD Grenoble Valence en design graphique, et à l'université Lumière Lyon 2 en Sciences du langage. Ce double cursus a trouvé un espace de réalisation dans son diplôme de DNSEP passé en 2010, par une collaboration dans le laboratoire Langage, Cerveau et Cognition (L2C2) à l'Institut des Sciences Cognitives de Bron, auprès de Sabine Ploux. Cette collaboration est la genèse du travail de doctorat réalisé ensuite sous la direction de Victor Rosenthal au centre de Linguistique anthropologique et sociolinguistique de l'Institut Marcel Mauss (EHESS-CNRS UMR 8178) entre 2010 et 2016. Cette thèse intitulée « design et esthétique dans les pratiques de la science », s'inscrivant à l'intersection entre une anthropologie historique et sémiotique de l'expression graphique et l'histoire des sciences, se proposait d’étudier, sur la base d’exemples historiques et de dialogues méthodologiques entre designers et scientifiques, les implications du design graphique dans la construction de la connaissance scientifique.

Agent technique de numérisation à la Bibliothèque Nationale de France sur le projet Gallica, puis assistante scientifique au Medialab de Science-Po sur le projet AIME, elle fut responsable de l'enseignement Arts et Technologies contemporaines à l'Université de Technologie de Compiègne de 2011 à 2015, et chargée du cours sémiologie et histoire de l'image au Pôle métiers du livre de l'université Paris 10 Nanterre-la défense en 2013-2014. Intervenant régulièrement en écoles d'art et de design en suivi de travaux d'écriture, en workshops et en jury de mémoires et de diplômes, elle est actuellement chercheure Post-doctoral Ensci-les Ateliers / Telecom ParisTech sous contrat dans le cadre d'un projet de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR DeSciTech).

 

Recherche
Mon travail de recherche s’organise autour de plusieurs thématiques :

1/ Les relations entre construction de la connaissance scientifique et expression visuelle, graphique. D'une manière générale, il s’agit d'interroger le rôle de la matérialité et de l'agentivité (agency) des artefacts graphiques et techniques dans la construction de la connaissance scientifique. La science contemporaine, caractérisée par sa présence très « visuelle » dans la société, place le design et les technologies liées à l'imagerie au cœur des relations esthétiques inhérentes à tout processus de recherche. Afin de comprendre comment le statut des objets — dans leur matérialité et leur agentivité — dépasse celui de l’objectivité dans la production du savoir, je cherche à le ressaisir comme une construction symbolique. Les principaux cadres épistémologiques de ce travail sont empruntés à la sémiotique, en Science and Technological Studies, en Visual Cultural Studies et Visual Science Studies, et en anthropologie de l’image.

2/ L’anthropologie des sciences et la réalisation de nombreux terrains ethnographiques en laboratoires de recherche et en écoles d’art et de design comme des études de cas plus singuliers afin d’observer les déplacements institutionnels, idéologiques et pédagogiques d'un design en recherche. Que fait un designer en laboratoire ? que fait un scientifique dans une école ou un studio de design ? et potentiellement qu’est-ce qu’un designer qui fait de la recherche sur la construction de la connaissance va observer, comment va-t-il le faire, avec quels « outils » ?

Venant du design graphique, c’est naturellement les productions visuelles, graphiques qui m’ont interpellées en premier lieu. De manière générale, il s'agit d'analyser un panorama d’exemples historiques de la culture visuelle des sciences comme des pratiques de recherches contemporaines, notamment l'importance de l'observation et de la fabrication de rendus dans le travail de l'image, dans la fabrication, et la diffusion de la science, en terme d'hypothèses, de méthodes, de théories, et de styles de pensée.

3/ Le design comme dynamique expressive, au sein de laquelle les expressions iconiques et symboliques sont inséparables. Ce qui se déploie selon trois axes pour l’instant :

  • Le dessin, les diagrammes et schémas – perspective, morphogénèse et constitution de champs, notamment dans le travail de dessin de synthèse et d’images «diagnostiques».
  • La plasticité, symbolique et inhérente à toute expression et expérience.
  • Les techniques du corps

4/ « Design graphique et SHS », un nouvel axe de travail depuis 2015 lié à la préparation d’une rétrospective sur le travail de Jacques Bertin et du laboratoire de graphique.

 

Bibliographie essentielle
· Renon A.-L, « De la cartographie dynamique au design analytique : la représentation graphique enquestion», Revue POLI – Politique de l’image, Les Belles Lettres, Février 2014.

· Renon A.-L., « “Design graphique” et “Objectivité”, la question des méta-atlas. », Lantenois, A.,Rouffineau, G. (éd.),Voir l’architecture. Contribution du design à la construction des savoirs,Editions B42 / Esad Grenoble - Valence, pp. 71-81 / 213-223.

· Renon A.-L, « Fukushima Daiichi. Présentation et re-présentation de la catastrophe. », Back Cover #6, Editions B42, Novembre 2013.

______

Biography
Anne-Lyse Renon is a graphic designer with a doctorate in Social Sciences from the École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) in Paris. She started out studying history of art, visual communication and anthropology. This was followed by a Masters in visual arts (DNSEP) completed in 2010 – in her case a double curriculum of graphic design at the École Supérieure d'Art et Design (ESAD) in Grenoble and the science of language at the University Lumière Lyon 2. She managed to combine both aspects of her dual curriculum in a research project undertaken, as part of her DNSEP, in collaboration with the Laboratoire Langage, Cerveau et Cognition (L2C2) at the Institut des Sciences Cognitives de Bron, alongside Sabine Ploux. This collaborative project led to her doctoral thesis, supervised by Victor Rosenthal at the Centre de Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique de l'Institut Marcel Mauss (EHESS-CNRS UMR 8178) from 2010 to 2016. This thesis, entitled “Design and aesthetics in scientific practice” (Design et esthétique dans les pratiques de la science), which lies at the crossroads between a historic and semiotic anthropology of graphic expression and the history of science, sets out to study the implications of graphic design in constructing scientific knowledge, using historical examples and methodological conversations between designers and scientists.

Anne-Lyse Renon worked as a technical officer on the Bibliothèque Nationale de France’s digital library project, Gallica, and then as a scientific assistant on the AIME project at Science-Po’s Medialab. From 2011 to 2015 she was head of Art and Contemporary Technology tuition at the University of Technology in Compiègne, and from 2013 to 2014, she taught semiology and the history of images at the Pôle Métiers du Livre at the University of Paris 10 Nanterre-La Défense. She regularly intervenes in art and design schools to oversee written research and workshops, and as a jury member for dissertations and degrees. She is currently employed as a research fellow at ENSCI-les Ateliers / Telecom ParisTech as part of a project for the French National Research Agency (ANR DeSciTech).

 

Research
My research centres around several themes:

1/ The relationship between the construction of scientific knowledge and visual, graphic expression. Broadly speaking, this questions the role of the materiality and influence of graphic and technical artefacts in constructing scientific knowledge. Science today is typified by its highly ‘visual’ presence within society, and places design and technologies linked to imagery at the very heart of the aesthetic relations inherent in all research procedures. In order to understand how the status of objects – their materiality and influence – outstrips that of objectivity in producing knowledge, I aim to approach it as a symbolic construction. The main epistemological framework for this research is borrowed from semiotics: Science and Technological Studies, Visual Cultural Studies and Visual Science Studies, and the anthropology of the image.

2/ The anthropology of science and the production of numerous ethnographic situations in research laboratories and art and design schools as unique study cases for observing the institutional, ideological and educational shift of design during research. What does a designer do in a laboratory, and what does a scientist do in a design school or studio? And what is a designer researching the construction of knowledge likely to observe, and how, and with what ‘tools’?

Given my background in graphic design, it was perfectly natural for me to look at visual and graphic work in the first instance. It was mostly a question of analysing a range of examples of the visual culture of science from the past, in the same way as contemporary research practices, notably the importance of observing and producing feedback when working with images, or producing and diffusing science, in terms of hypotheses, methods, theories and ways of thinking.   

3/ Design as a dynamic of expression, in the midst of which iconic and symbolic expressions are inseparable. This applies to three areas for the time being:

  • Drawing, diagrams and plans – perspectives, morphogenesis and creating fields, notably in computer-generated drawings and “diagnostic” imagery.
  • Plasticity, symbolic of and inherent in every expression and experience.
  • Body techniques

4/ “Graphic design and human and social sciences” – an area of work introduced in 2015, linked to the preparation of a retrospective on Jacques Bertin and the Laboratoire de Graphique (mapping laboratory) that he founded.