accueil

De tradition print, Étienne Robial effectue l’essentiel de son travail manuellement, équipé d’instruments traditionnels : papier, crayon, cutter et colle. Chaque caractère est dessiné, peint, découpé puis collé pour composer alphabets et logos. Au total, des milliers de collages se sont succédés, parmi lesquels de nombreux complètent la donation.

L’outil numérique vient en aval de ce minutieux travail de tracés et de montages, pour gommer les imperfections puis animer les images destinées à devenir des génériques sur l’antenne. Malgré l’apparition de Photoshop et d’Illustrator, Étienne Robial reste longtemps fidèle à la palette graphique Paintbox (Quantel). Plus rapide et ergonomique que les processeurs PC et Mac pour le travail sur des images fixes ou mobiles, les montages, les effets sonores et les qualités colorimétriques, elle a permis de réaliser plus de 4 700 génériques. Son ergonomie en fait un outil polyvalent, autorisant la retouche d’images en définition standard et en haute définition, sur différents formats (4/3, 16/9, letterbox) et supports. La vectorisation des éléments graphiques et gabarits papiers, réalisée avec Fasia Lamari (graphiste et truquiste), se fait au pixel près, pour un rendu « d’une perfection absolue ».

Les logos prennent ensuite vie à l’antenne à l’issue d’une véritable « manipulation visuelle » recourant à un arsenal d’effets d’animation : jeu sur les complémentaires et les contrastes chromatiques, mise en mouvement des formes géométriques élémentaires.