accueil

Inaugurée le 4 novembre 1984, CANAL+ entend se démarquer dans le paysage télévisuel français. Introduisant le concept de la chaîne à péage, elle est également la première à se doter d’une direction artistique entièrement dédiée à l’élaboration de son image graphique. Durant l’été qui précède, Étienne Robial et son équipe s’attellent à la tâche. Lors d’un entretien avec Pierre Lescure, directeur général de la chaîne, le graphiste emploie pour la première fois l’expression d’ « habillage », qui depuis s’est imposée dans le lexique professionnel : «  Je vais te faire 3 vestes, 3 pantalons, 3 chemises, 3 cravates, et avec cela tu vas pouvoir t’habiller de 81 façons différentes : avec le pantalon 1 - veste 1, pantalon 1 - veste 2, pantalon 1 - veste 3 et ainsi de suite […] toujours dans le même esprit […] mais avec des associations différentes[1] ».

Pour codifier l’usage de l’habillage par la chaîne et ses filiales, Étienne Robial conçoit une charte graphique, document relié sur lequel repose la cohérence et la force visuelle de l’image de la marque. Les principes sont simples mais efficaces : identifier, informer, hiérarchiser, valoriser et « faire joli », à partir d’une réflexion sur les « 3 + 1 fondamentaux[2] » (forme, couleur, typographie et musique). Cette règle du jeu, rigoureuse et économe, se veut aussi astucieuse, puisque les outils et les supports peuvent être associés librement en une variété de combinaisons, sans jamais nuire à l’harmonie générale.

D’année en année, l’habillage évolue au gré de la programmation et des innovations technologiques. Au sein d’une image se voulant cohérente, identifiable sans être mémorisable, trois étapes marquent des tournants décisifs : 1984, 1994-95 et 2003. Ces systèmes évolutifs sont archivés, mis à jour et déclinés d’une rentrée à l’autre, et forment maintenant un imposant lot de cahiers des normes graphiques d’identification.

 

[1] Propos recueillis lors d’un entretien le 07/03/2016

[2] Id.