accueil

« Avec CANAL+, j’ai structuré une chaîne comme on conçoit une collection, et une émission comme on conçoit un livre (avec sa couverture et ses chapitres)[1] ».

Chaque programme a son identité propre, fondée sur un dessin de caractère, distinct du Canal+/Futura utilisé pour l’identité globale de la chaine. Projetés sur écran, les titres s’affirment comme ceux des journaux. Pour les élaborer, Étienne Robial s’inspire de nombreux objets qu’il collectionne compulsivement : étiquettes, catalogues de lettres peintes et imprimées, éléments divers (crayons, cutters, écumoires, lampes de bureau…) éclairent sa démarche et rattachent à chaque alphabet une histoire singulière.
On apprend ainsi que l’équilibre chromatique du logo Nulle Part Ailleurs de 2000 provient de la gamme colorée des rouleaux d’adhésifs de la marque new-yorkaise Pearl

L’alphabet Nulle Part Ailleurs est quant à lui issu du Gothic Display, puisé dans un ancien catalogue de dessins de lettres[2], dont les caractères ont été redessinés puis vectorisés. Datant pour la plupart de l’après-guerre, parfois du début du XXème siècle, ces ouvrages affranchis des droits de reproduction représentent une abondante source de renouvellement.

Les étiquettes de pots à confiture de la firme suisse Lenzbourg inspirent pour leur part les logos de Magazine et La nuit gay. L’irrégularité des lettres, dessinées à la main et toujours différentes, « produit une onctuosité qu’on n’a pas dans la sécheresse d’un caractère en typographie standardisée [3] ». Cet aspect tactile de l’impression l’incite également à s’intéresser aux lettres bois d’imprimeur et catalogues de fondeurs, à partir desquels il créé avec Marc Lescop les alphabets Sport et Cinéma[4], ce dernier étant tiré de la typographie Gothic Special élaborée par la Hamilton Company après 1900.

 

[1]Propos recueillis lors d’un entretien le 09/03/2016.

[2]J.I. Biegeleisen, The abc of lettering, New York: Harper & Row, 1965, Third Edition, 248 p., pp.126-127.

[3]Propos recueillis lors d’un entretien le 09/03/2016.

[4]Reproduite dans l’ouvrage de Rob Roy Kelly, American wood type, 1820-1900, Notes on the evolution of decorated and large types and comments on related trades of the period, 1st ed. New York: Van Nostrand, 1969, p.303.