Aller au contenu principal
accueiltous les événements

Design graphique : Pratique + Critique - 2015

08/03/16 - 12/04/16
La Gaîté Lyrique
3 bis rue papin
75003 Paris
01 53 53 51 51

Ce cycle de conférences proposé par Catherine de Smet (Paris 8) et Philippe Millot (Ensad), qui connaît en 2016 sa cinquième édition, a pour but d’offrir une vision étendue du design graphique comme champ de connaissance, de réflexion et de fabrication. Les invités, designers et/ou théoriciens, traitent chacun d’un sujet sur lequel portent leurs recherches, en montrant comment celles-ci se développent et comment s’articule leur discours.

 

8 mars — 14h30 ­— Jérémie Baboukhian et Michèle Wang (Marz & Chew), Pratique + Veille = Critique

Marz + Chew est un atelier de conception graphique fondé en 2008 à Paris/ Belleville par Jérémie Baboukhian et Michèle Wang. Le duo est spécialisé dans la création d’identité graphique et le design de services. Leurs productions accordent une attention particulière aux détails typographiques et à l’architecture d’information. Ils ont travaillé sur des projets récompensés par des prix internationaux de design, tels que le Redot design award, le grand prix Stratégies, le prix Janus de l’institut français de design, CES Innovation Award… Récemment, ils ont collaboré avec Sandrine Nugue et le Centre national des arts plastiques, à la conception du lancement digital du caractère typographique Infini. Ils participent actuellement, à l’evolution du branding de la start-up « La Ruche qui dit oui » et de leur outil éditorial ainsi qu'au lancement d'un nouvel Ep sur le label Peur Bleue Records. 

Leur travail de veille se traduit notamment par leur contribution à la programmation du cycle mrddsgn à l’Université Paris 8, et au blog d’actualité typographique Pointypo.

 

22 mars – 14h30 — Loran Stosskopf, Sur le fil du rasoir

Comment rester constamment exigeant dans des contextes de pratique très différents : de la micro édition à la direction artistique d’un hebdomadaire de plus de 600 000 exemplaires ou encore la création d’une collection de livres traduite en cinq langues et diffusée à plus de cinq millions d’exemplaires. 

Loran Stosskopf, né en 1978, est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et a suivi une formation à la Cooper Union School of Art de New York. Après un passage à l'Atelier de création graphique, sa carrière a commencé au sein de l’agence de design Pentagram (Londres). Indépendant depuis 2002, il a travaillé sur des projets d’ampleur internationale dans les domaines de la presse, de l’art, de la mode et de l’architecture.

Il compte, parmi ses projets, la conception graphique des guides urbains publiés par Phaidon (Wallpaper* City Guide), la direction artistique de Télérama ou la réalisation de catalogues d'expositions, d'affiches pour des institutions culturelles comme le Ministère de la Culture, le Frac île-de-France ou Paris Musées. 

Il intervient régulièrement pour des workshops et des conférences et enseigne à l'ENSAD.

Son travail a été exposé entre autres au Festival international de l'Affiche et du Graphisme de Chaumont et à la Bibliothèque Nationale de France. Ses réalisations ont été primées au Concours des Plus Beaux Livres Français, au D&AD à Londres, ainsi qu'au Club des Directeurs artistiques français. Le travail de Loran Stosskopf a été présenté dans diverses publications dont Design Week (Royaume-Uni), Etapes (France), Wallpaper Magazine (Royaume-Uni), Gallery (Chine), The New York Times (USA).

 

29 mars – 14h30 — Mica Geherghescu, Dispositifs d'exposition du texte

Histoirenne de l'art, Mica Gherghescu a réalisé sa thèse de doctorat au CRAL/EHESS avec un travail sur les langages inventés par les artistes dans l'espace français après 1945. Ses recherches portent sur les formes d'invention langagière, la poésie concrète et visuelle, les formes d'écriture et d'autres pratiques discursives dans le champ artistique.

En parallèle elle mène une ample recherche sur les corpus des périodiques artistiques modernes et contemporains comme vecteurs d'internationalisation du savoir et sur leurs politiques éditoriales à l'heure des différentes modernités artistiques. Commissaire associée au Nouveau Festival 2013 de la section "Langages imaginaires", elle a été également chargée des recherches pour la rétrospective "Martial Raysse" au Centre Pompidou (2014) et vient de préparer une exposition-dossier autour de la figure d'Aimé Césaire.

Ancienne boursière en histoire de l'art au Centre Pompidou elle travaille actuellement en tant que chargée du développement des services à la recherche dans le cadre de la Bibliothèque Kandinsky.

 

5 avril – 14h30 — Paul Cox, Éloge de la paresse

Paul Cox nous présentera quelques-uns de ses travaux récents dans les différents champs qu’il cultive, peinture, graphisme, livres, installations, scénographie, et nous expliquera sa méthode de travail, qu’il qualifie volontiers de « méthode de paresseux ».

Paul Cox est né à Paris en 1959. Autodidacte en art, il fait des études d’histoire de l’art et de littérature anglaise, dans le but de s’assurer un gagne-pain et de pouvoir devenir ce “peintre du dimanche pour qui chaque jour serait un dimanche” que décrit Dubuffet. Après un mémoire sur Laurence Sterne et une agrégation, il arrête toutefois très vite d’enseigner, préférant faire, parallèlement à la peinture, des livres pour les enfants, des affiches, des illustrations de presse, des logos, etc. Son intérêt grandissant pour les Constructivistes et autres avant-gardes “qui faisaient de l’art à côté” l’encourage à poursuivre dans cette voie pluridisciplinaire.

Il travaille aussi pour la scène (décors et costumes) depuis 1997 et depuis 2005 conçoit les décors et costumes pour bon nombre de chorégraphies de Benjamin Millepied.

Paul Cox édite des jeux, et se passionne pour toutes les techniques d’impression, notamment lithographie et sérigraphie, qu’il utilise plus à des fins de production expérimentale que de reproduction.

Il  a entrepris la publication périodique de l’ensemble de son travail (peinture, travaux graphiques etc.) sous forme de livre, dont le premier tome, Coxcodex 1, est paru en 2004 aux éditions du Seuil. Au cours des dix dernières années son travail a été exposé au Centre Pompidou, au Musée de l’Objet à Blois, Lux Scène nationale de Valence, chez Florence Loewy, au centre d'art de Chamarande, au Frac Dijon-Bourgogne et à l'Abbaye de Fontevraud.

 

12 avril – 14h30 Annick Lantenois, Formes du temps, formes de l'histoire

Les chronologies telles que nous les connaissons -ligne de temps- n'ont pas toujours existé. Elles sont une construction qui ne s'imposent qu'à partir du milieu du XVIIIe siècle. Et pourtant, elles nous semblent tellement évidentes que nous ne nous interrogeons plus sur la conception du temps et de l'histoire qu'elles permettent de visualiser. Or, notre relation au temps et à l'histoire semble avoir suffisamment évolué pour que nous interrogions, avec les outils du design graphique, ses modes de schématisation. 

Docteur en histoire l’art, Annick Lantenois a orienté son travail vers l’histoire et la théorie du design graphique. Depuis janvier 2000, elle enseigne dans l'option “design graphique“ de l’École supérieure d’art et design Grenoble-Valence. Son enseignement s'attache à traiter, avec les étudiants, la complexité du design graphique à partir des questions et des enjeux nouveaux que pose la récente culture numérique. 

Elle a notamment publié en 2010 Le Vertige du funambule. Le design graphique, entre économie et morale, chez B42.

Elle partage avec Gilles Rouffineau, la responsabilité scientifique de l‘unité de recherche “Il n‘y a pas de savoirs sans transmission“ qui a obtenu un financement de la Direction Générale de la Création Artistique en 2013. 

Les conférences ont lieu à La Gaîté lyrique, Plateau Média, 3 bis rue Papin, 75003 Paris.